Immobilier : bilan 2019 et perspectives pour 2020

Immobilier : bilan 2019 et perspectives pour 2020

2019 fut une année marquée par le mouvement des gilets jaunes, le maintien de la mouvance sur les prix de l’immobilier depuis près de cinq ans, un taux d’emprunt stable depuis les reformes suite à la crise immobilière des subprimes, entre autres.

Que peut-on retenir de l’année écoulée ? Quelles prévisions peut-on faire pour cette année qui débute ? A quelles opportunités peut-on s’attendre ?

2019, une année dynamique

Par rapport à 2018, le nombre de transactions immobilières a augmenté de dix pour cent. Il faut croire que les troubles autour du mouvement des gilets jaunes n’ont pas empêché aux Français de s’investir dans l’immobilier.

En termes de valeurs absolue, plus d’un million de transactions ont été effectuées au cours de l’année. Les prix ont subi une hausse relative de 1,9% sur le plan national. Lyon et Nantes sont les villes les plus touchées par cette hausse, tout comme Paris.

Différents paramètres peuvent expliquer certaines disparités entre les villes comme à Lyon ou l’attractivité économique et la croissance démographique hausse le coût du loyer, Nantes qui est une ville fortement industrialisée, ou Paris de par son statut particulier.

Ce prix fut inhibé par des taux d’emprunt faibles, une stabilité notée depuis les réformes prises suite à la crise immobilière de 2008.

Des communications officielles de la Banque Centrale Européenne, on peut déduire une volonté ferme de maintenir cette stabilité dans les rapports entre l’immobilier et la banque.

2020, une année prometteuse

L’année 2020 est prometteuse pour le secteur de l’immobilier. La hausse qui sera enregistrée est estimée à environ de 1,5 %, un peu moins que la hausse connue en 2019. Les plus grandes villes françaises enregistreront probablement une hausse autour de six pour cents contrairement aux zones rurales qui, s’il y a lieu, connaîtront une hausse de moins de 1%.

Comme pour l’année 2019, le volume des transactions pour cette année devrait être très conséquent et la barre des un million déjà franchie devrait se maintenir.

Rien ne permet pour l’instant de présager le contraire ou un certain recul dans le secteur.

Si les banques suivent le jeu comme il semble être le cas (d’après la politique bancaire en vigueur), l’année 2020 devrait être plus propice que l’année précédente pour l’investissement immobilier.

Avec le développement de Grand Paris, les communes de la Couronne vont probablement subir une hausse de leur prix à cause notamment de nouveaux aménagements dans le domaine du transport.